25/11/2010

Etude de cas: un peu de théorie

Outre l'envie de partager mes prises de vues sur la signalisation mécanique, j'aimerais aussi vous proposer quelques études de cas. Histoire de 'décoder' les infos disponibles et ainsi mieux comprendre la manière dont les installations étaient exploitées.  Tous échanges sur ces études de cas seront les bienvenus surtout s'il apportent des informations intéressantes pour les passionnés.

Pour ces études de cas, je me baserai sur les PSS disponibles (ou sur les TCO pris en photos), dans certains cas, il s'agira de copie d'originaux, mais dans d'autres, ce sera plus une reconstitution pouvant donc intégrer des erreurs.  Afin de ne pas surcharger inutilement ces notes et centraliser les informations communes, je reprends ici les éléments principaux qui seront utilisés pour ces études.

Les TCO (Tableaux de Contrôle Optique) ou PSS (Plan Shématique de Signalisation) comportent souvent bien des informations utiles pour bien gérer le poste de signalisation.  Prenons par exemple le PSS du Block7 de Bastogne Sud:

Pas de témoins lumineux sur ce document, juste des traits et des indications diverses que j'ai parfois renforcé pour la bonne lecture.  Pas toujours facile de s'y retrouver sans un minimum de clés de décodage.

Quelques symboles courants:

Généraux,

symboles_01-vi.jpg

1a)  Ce symbole représente l'emplacement du Bâtiment Voyageur, ce qui permet de se situer dans l'espace

1b)  Ce symbole représente une cabine, avec le trait pour représenter le bâti, le point pour représenter l'opérateur et un nombre dans un rond indique le numéro du block.  Parfois le trait et le point sont évidés pour signifier que le document reprend des infos de plusieurs cabines.  Si l'identité du block est une lettre majuscule, c'est on considère un poste à terre.

1c)  Ce symbole représente un PN sur une voie unique avec deux barrières dont la base se situe à droite.  Un numéro de PN peut accompagner ce symbole (Ex. PN 131).

Aiguillages,

symboles_02-vi.jpg

2a)  Ce symbole représente un aiguillage à simple action commandé à pied d'oeuvre, sa position normale se situe du côté du petit symbole

2b)  Symbole similaire mais pour un levier à double action

2c)  Sur le symbole 2b, on a ajouté la représentation d'un verrou engagé en position normale

2d)  Le verrou est ici en position renversée

2e)  Cet aiguillage est équipé d'un levier double action muni de deux position de verrouillage.  La position normale est engagée et verrouillée au moyen de la clé 121 présente, la position renversée sera engagée et verrouillée au moyen de la clé 232.

2f)  Cet aiguillage double action est muni d'une clé de broche normalement présente, si le cercle est évidé, la clé est absente et doit donc est prélevée auprès du chef de station.

NB  Les leviers à simple action reprennent leur position normale dès qu'on les lache, contrairement aux double action qui garde la dernière position.

symboles_03-vi.jpg

3a)  Représentation d'un aiguillage à commande groupée dans un poste de block

3b)  L'aiguillage est équipé d'un verrou normalement dégagé

3c)  Le même mais avec verrou engagé

3d)  L'aiguillage est verrouillable dans les deux positions

3e)  L'aiguillage est commandé par le levier 12 en cabine.  Si le verrou dispose d'un levier, il sera noté également.

Signalisation,

symboles_04-vi.jpg

4a)  Signal d'arrêt à 2 positions

4b)  Signal avertisseur à 2 positions

4c)  Signal de manoeuvre à 2 positions situé sous le signal d'arrêt.  Souvent sur les plans, on numérote les palettes d'un même signal afin de les identifier sur le bâti.

4d)  Identification du signal, il s'agit ici d'un signal d'arrêt nommé 'N' su block 12

symboles_05-vi.jpg

5a à 5c  Idem mais en signalisation à 3 positions!

5d)  On notera en plus la représentation des positions possibles pour la palette (0° - 45° - 90°)

symboles_06-vi.jpg

6a)  Signal d'arrêt simplifié sur mât

6b)  Idem mais on précise qu'il est sur mât en dédoublant le trait représentatif.

6c)  Disque d'arrêt, je le mentionne parce que présent sur certain vieux plans

6d)  Arrêt simplifié à fleur de sol

6e)   Signal de manoeuvre à fleur de sol

6f)  Signal de limite de manoeuvre, donné ici car indispensable pour préciser certains mouvements

 

Indications diverses! 

symboles_07-vi.jpg

7a) & 7b) Sur beaucoup de PSS ou de TCO, figurent des indications des origines possibles des mouvements.  Ces indications sont notées en regard des flèches de sens, côtés d'origine.

On trouve également des indications relatives à la gestion de block,

7c)  Marque un relais d'itinéraire avec les numéros impliqués dans le block

 

22:54 Écrit par Stéfan Paitoni dans Etude de cas, Modélisme, Principes | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : lg97-33, lg97, enclenchements

Lg163 Bl7: Etude du PSS de Bastogne Sud

Pour cette étude, nous nous baserons sur le PSS de Bastogne-Sud, un document que j'avais recopié d'après un original.  Voici la partie PSS du document,

Le document est assez grand (format A1), je le découperai au fur et à mesure des cas.  La ligne 163 reliant Libramont à Gouvy, est à voie unique et limitée à 70 Km/h.  Cette vitesse n'impose pas de signal avertisseur et est rappelée aux sorties de la gare.  Les installations de la gare sont pilotées d'une part par la cabine N° 7

Lg163Bl7bati-vi.jpg

et par un poste à terre nommé 'poste D' situé à côté de la sortie des voies de cour.

PosteD-vi.jpg

 

Nous y reviendrons. 

Lg163Bl7aterre-vi.jpg

Ce poste à terre gère non seulement les aiguillages de sa zone mais également quelques signaux: Signal de manoeuvre D2 et signal d'arrêt simplifié E.

Le reste des signaux étant gérés par la cabine: C, D1, F1 & F2, G1 & G2, H1 & H2 et K.  Une partie des aiguillages est également gérée par la cabine via le bâti tandis que d'autres sont gérés par le manoeuvre avec accord du Chef de Station, nous verrons comment.

1er cas de figure! 

Prenons un train venant de Libramont et se dirigeant vers Gouvy, une rame voyageur ne faisant qu'un simple arrêt.  A ce stade, je ne détaillerai pas les échanges entre block, cela rendrait les choses trop complexes.  Une fois les vérifications faites, le signaleur peut établir son itinéraire vers les quais.  En temps normal, un train est reçu sur la voie de gauche soit, dans notre cas, la voie II.  Voici, en bleu, le trajet du train en commençant à gauche, signal C (je n'utiliserai pas le numéro de block pour simplifier et surtout pour me permettre de distinguer les signaux d'arrêt par un 1 des signaux de manoeuvres par un 2):

cas_01-vi.jpg

Le signal C donne accès à plusieurs itinéraires qui sont sélectionnés via la manette 1 du poste de block D.  Dans notre cas, ce sera vers les voies I et II, la manette 1 doit donc être à droite 'm1d' (on voit sa dénomination en dessous du P de 'POSTE D').  Il est possible que, en cas de mise hors service de ce poste D, la manette soit systématiquement placée ainsi. Le signaleur du block 7 va alors pouvoir actionner son aiguillage d'entrée de quai au moyen du levier 17 et de son verrou 18.  Il devra aussi actionner la manette 19 vers la gauche '(m19g)' (près du signal r7) et seulement alors, il pourra ouvrir son signal au moyen du levier 24 après avoir actionné la manette associée vers la droite '24d' afin de libérer le levier (contrôle des enclenchements).  Je ne peux garantir l'ordre de ces actions vu l'absence d'indications d'enclenchements qui se trouvaient sur le bâti.  De même que je ne sais pas trop si ce poste D avait une mise hors service avec itinéraire entre voie I et II vers Libramont.  Peut être qu'un jour, un ancien pourra me compléter ces infos.  Pour la suite du trajet, le signaleur devra recevoir un 'voie libre' du block suivant avant de procéder à la mise en place de son itinéraire puis à l'ouverture du signal. 

cas_01a-vi.jpg

Si on suit l'itinéraire vers la sortie 'Gouvy', on constate que le signaleur doit seulement tracé son itinéraire via l'aiguillage 15 et son verrou 16, l'aiguillage 10, verrou 11 et aiguillage 12, verrou 14.  Seul l'aiguillage 15 est à modifier, les autres sont dans leur position normale.  Après, il ouvrira son signal via le levier 4 et sa manette associée. 

2eme cas!

En sens inverse, les opérations sont globalement les mêmes.  L'accès à la station est donné via le signal K directement vers la voie I.  La poursuite du mouvement se fera après accord du poste D et du poste de block suivant. 

cas_02a-vi.jpg

Comme le signal d'entrée K donne accès à plusieurs itinéraires, le signaleur devra les valider au moyen de la manette 8 à gauche 'm8g' (sélection voie I & II) puis de la manette du signal 2 à gauche '2g' (sélection de la voie I).  Ces informations se retrouve le long de la voie I, à droite du mot 'quai' - 2g(m8g) -. Les aiguillages sont normalement en bonne position mais les enclenchements confirmeront cela au fur et à mesure!

Une fois le train prêt au départ, voie I, le signaleur devra demander l'aval du poste D et du block suivant.  Il pourra ensuite tracer et valider son itinéraire et enfin ouvrir le signal F (levier 22) en actionnant la manette associée pour vérifier les enclenchements et libérer le levier.

3eme cas, réception d'un train de désserte marchandise locale:

Le train arrive de Gouvy, il sera admis dans le faisceau marchandise (voies 3 à 6), les cas suivants nous permettront de déposer un wagon en voie de cours puis de reprendre le train et de poursuivre la désserte des autres gares.

cas_03-vi.jpg

 

La réception en voie 3 (par exemple) se fera à la faveur du signal K après avoir tracé l'itinéraire, aiguillage 12, aiguillage 13, verrou 14.  L'aiguillage 216 est dans la bonne position pour accéder à la voie 3, on peut laisser le chef de station tranquille.  La manette 2 à gauche sélectionnera l'itinéraire vers ces voies et donc, si les enclenchements sont corrects, libérera le levier associé.

4eme cas, dépose de wagon en voies de cour:

A partir d'ici et jusqu'à ce que le train soit à nouveau mis à disposition du traffic, c'est le poste D qui prend les choses en main!

Première étape, après avoir détellé les wagons à laisser en voie 12, la petite rame doit se rendre en voie principale sans dépasser le signal de limite de manoeuvre. 

cas_04a-vi.jpg

Le départ de ce petit mouvement se fera à la faveur du signal D2 (palette de manoeuvre).  Mais avant, le responsble doit placer les aiguillages en bonne position soit 202 et 200.  On constate sur le PSS, que c'est aiguillages sont munis de clés.  Comment procéder?  Les positions normales nécessitent des clés (124 et 323) non présentes pour libérer les verrous.  Sur le bâti du poste D, on constate la présence de clés dont la 124 (position 02).  Le signaleur peut donc libérer cette clé (et par la même positionner des enclenchements de sécurités comme par exemple l'accès à sa zone par des trains externes.) et l'utiliser pour basculer l'aiguillage 200.  De ce fait, il libère la clé 323 qui sera utilisée pur libérer le verrou de l'aiguillage 202 et le basculer.  Il récupère la clé 112 qu'il viendra placer à sa place dans le poste D(position 06).  Cela fait, les enclenchements vont libérer la manette du levier 4 à gauche '4g' et la zone marquée D2.E.F2 pourra être rejointe par la rame à la faveur du signal D2 (manoeuvre). 

Seconde étape, le train doit se rendre en voie 12. 

Pour ce faire, le responsable doit replacer le signal D2 à l'arrêt, afin de libérer la clé 112 et ainsi pouvoir remettre la jonction 200 - 202 en place!  Il reprendra la même suite d'opération mais cette fois pour les aiguillages 201 - 207 - 208 - 209. La clé 232 de l'aiguillage 201 se trouve au poste D, elle libère la clé 121 qui doit revenir au poste D.  La clé 234 de l'aiguillage 208 se trouve au poste D, elle libère la clé 341 qui sert pour l'aiguillage 207 où on récupère la clé 224 qui est replacée au poste D.  On n'oublie pas de basculer l'aiguillage 209 puis on peut procéder au petit mouvement en accompagnant le train.

S'il y a lieu d'effectuer des manoeuvres entre les voies 12 et 13, cela se fera via le tiroir de l'aiguillage 208, d'où retour des clés dans le bon ordre et donc libération de la zone commune pour le traffic normal.  Le signal E gère l'accès au tiroir (manette 3 à gauche '3g') pour libérer le levier de la palette!  Au final, on devra replacer les aiguillages en bonne position avant de pouvoir ouvrir le signal E avec la manette 3 à droite '3d' (que j'ai oublié de retranscrire mais confirmé par le bâti du block). 

Derniers mouvements pour rejoindre la voie 3, on replace les aiguillages 201 - 207 - 208 en place, puis on bascule 200 - 202 avec la clé 112 en place au bâti.  Le train est en place voie 3, le responsable replace son poste D en configuration 'hors manoeuvre', les clés 232, 124, 234 sont là...? OK, on pourra libérer le slot pour un grand mouvement à partir du signal D1 pour notre train.

Pour la suite, je vous laisse regarder les infos et trouver les opérations à effectuer dans divers cas.

Sur  le PSS, on constate que certains aiguillages nécessite une clé pur être manoeuvré, cette clé numérotée est à demander au chef de station.  C'est le cas des aiguillages 214 (123), 216 (1132) et 217 (432), ce dernier via le block de voie (clé 114 qui libère la clé 432). 

Petit bonus sur ce PSS, la signalisation aux abords d'un PN avec un Racct.

PN26-vi.jpg

Voilà pour cette première étude de cas.  Vos commentaires ou demandes seront appréciés et vivement souhaités.

 

 

22:51 Écrit par Stéfan Paitoni dans Etude de cas, Modélisme, Plans | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : lg163, lg163-7, lg163-pn26